Patrimoine & déménagement

Présentation

Le déménagement de l’École normale supérieure de Cachan sur le plateau de Saclay a inspiré dès 2018 un projet interdisciplinaire rassemblant plusieurs chercheurs en sciences humaines et sociales de l’ENS Paris-Saclay.


La question du patrimoine déplacé a abondamment été travaillée par les historiens, historiens d’art et spécialistes de la conservation, sous l’angle des crises, guerres, spoliations ou encore prises coloniales, même si le sujet est loin d’être épuisé. Les déplacements liés à des circonstances plus pacifiques n’avaient guère été approfondis, en particulier l’hypothèse alors très actuelle du déménagement.

En quoi la circonstance d’un déménagement produit-elle un impact sur le patrimoine ? Quelle réflexion implique-t-elle sur la notion même de patrimoine et sa mobilisation comme catégorie scientifique, juridique, politique, symbolique… ? Quel héritage endosser, qu’il s’agisse du patrimoine artistique, scientifique et technique (l’instrumentation des laboratoires, leurs archives), ou pédagogique ? En somme, dans quels termes se joue, dans ce passage, le rapport qu’entretient l’institution à ses patrimoines ?

À travers ce projet, l’ENS Paris-Saclay est prise comme principal terrain d’observation et d’investigation. L’idée est de questionner le(s) patrimoine(s) de l’école à la faveur de son déménagement sur le plateau de Saclay, ce qui fait ou non sens pour ses acteurs (laboratoires, institutions, personnels) et de comprendre ce que fait ce moment du déplacement au patrimoine, et en quoi il en est un révélateur, un facteur de transformation, une forme de délaissement ou de réinvestissement, de réappropriation ». 

Ces réflexions seront menées sous diverses formes : des ateliers de recherche, un colloque de restitution, une enquête menée par des élèves normaliens et des manifestations artistiques.

Le projet associe notamment :

  • à l’ENS Paris-Saclay : des membres de l’ISP et de l’IDHE.S intéressés par la question patrimoniale (Marie Cornu, Noé Wagener, Christian Bessy, Michela Barbot, Volny Fages, Ronan Bretel, Marie Trape) ; des élèves normaliens ; l’artiste Julien Avril accueilli en résidence à l’école ;
  • l’Institut national du patrimoine (INP) ;
  • des membres du réseau patrimoine sur l’Université Paris Saclay ;
  • le Labex Patrima ;
  • le ministère de la Culture.

Plusieurs types de patrimoines concernés

Ce travail de recherche implique en amont, un travail d’inventaire, de connaissance et de mise à l’épreuve de ses liens à l’école. La question du déplacement soulève des questions de faisabilité technique, et implique l’exploration de solutions alternatives comme par exemple la numérisation.

Plusieurs types de patrimoines de l’école sont concernés par le projet :

  • Un patrimoine artistique et architectural.
    Le bâtiment de Roger-Henri Expert, les fresques de Jacques Villon ou encore le bronze de Paul Belmondo sont les premiers exemples nationaux d’application du “1% artistique”. L’ENS Paris-Saclay a en effet été le premier lieu de mise en œuvre du 1% artistique, dispositif d’aide à la création qui soulève, en particulier, la question du rapport de l’œuvre à son environnement ;
     
  • Un patrimoine scientifique et technique. Il se matérialise dans les instruments scientifiques, dans les archives de l’enseignement et de la recherche, dans les objets témoins de la recherche publique, voire dans le patrimoine immatériel (et en particulier la mémoire de ceux qui ont créé ou utilisé ces objets) et encore les collections d’objets « patrimoniaux » présents dans les laboratoires ;
  • Un patrimoine archivistique, ensemble des documents qui procèdent de l’ENS au fil de toutes ses activités ;
     
  • Un patrimoine pédagogique, en lien avec l’activité d’enseignement ;
  • Un patrimoine administratif, propre à l’ENET/ENSET/ENS Cachan/ENS Paris-Saclay, qui s’exprime dans une multitude d’objets quotidiens, qui le cas échéant revêtent une valeur « patrimoniale » au sens symbolique ;
  • Un patrimoine documentaire et bibliothécaire, enfin, au travers des collections de la Bibliothèque centrale et des fonds des laboratoires ;
  • Un patrimoine paysager et naturel.

Si l’ENS Paris-Saclay est l’objet central d’études, d’autres exemples pourraient aussi illustrer la thématique du déménagement : du Musée des arts et traditions populaires (ATP) vers le MUCEM, Le Musée de l’Homme vers le Musée du Quai Branly, déménagements qui, en outre se traduisent par un changement de l’identité même de ces musées. Comment ces déménagements travaillent en profondeur l’institution ? On pourra aussi évoquer, sur la question du 1% et des œuvres qui font partie des murs, les déménagements futurs du ministère de la culture.

Un projet interdisciplinaire

Le projet « Patrimoine & déménagement » prend appui sur les nombreux travaux qui, aujourd’hui, portent un intérêt renouvelé au patrimoine de l’enseignement et de la recherche conçu comme un patrimoine vivant et en action, aussi bien sur le plan historique (par exemple les études menées par Annette Roche autour du 1 % artistique à Jussieu ou, plus généralement, les travaux pilotés par Christian Hottin comme Universités et grandes écoles à Paris. Les palais de la Science, Action artistique de la ville de Paris, 1999), de Yann Potin sur les petits patrimoines archivistiques, que pratique (voir les travaux de la Mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain) et encore juridique (voir par exemple : Archives de la recherche. Problèmes et enjeux de la construction du savoir scientifique, sous la direction de Marie Cornu, Jérôme Fromageau et Bertrand Müller).


Le premier atelier s’est tenu le 19 juin 2019 à Cachan autour du thème « lieux et patrimoine de l’école ».

Un second atelier de recherche s’est tenu le mercredi 20 novembre 2019 sur le thème du patrimoine artistique de l’école.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search