Préparation d’un colloque sur les archives des dictatures Sud-Américaines

Les 12, 13 et 14 octobre 2016, le ministère des Affaires étrangères, l’Institut des Sciences sociales du politique, l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine, et la BDIC, organisent un colloque intitulé :

ARCHIVES DES DICTATURES SUD-AMÉRICAINES

Les espaces et lieux de révélation des conflits entre droit à l’oubli et droit à la vérité

avec le soutien du Labex Les passés dans le présent, de Sorbonne Paris Cité, de la fondation Jean Jaurès, de l’École Nationale des Chartes et de la Société internationale pour la recherche en droit du patrimoine culturel et naturel.

Présentation

Le thème central du colloque est d’engager une réflexion sur la relation entre les archives et la gestion de la mémoire collective et de ses modes de transmission en période post-dictature. L’encadrement juridique de la conservation et de l’accès aux archives obéit à plusieurs finalités. Le préambule des statuts du Conseil international des archives indique que “Les archives constituent la mémoire des nations et des sociétés ; elles fondent leur identité et sont un élément clé de la société de l’information. En témoignant des activités menées et des décisions prises, elles assurent à la fois la continuité des organismes et la justification de leurs droits, ainsi que de ceux des individus et des États. Parce qu’elles garantissent l’accès des citoyens à l’information administrative et le droit des peuples à connaître leur histoire, les archives sont essentielles à l’exercice de la démocratie, à la responsabilisation des pouvoirs publics et à la bonne gouvernance.”

Golpe_de_Estado_1973

Coup du 11 Septembre 1973. Bombardement de La Moneda (palais présidentiel, Santiago du Chili).

Instruments de preuves, les archives ouvrent aux individus la faculté de faire valoir leurs droits, mais aussi de disposer d’une information sur les activités et décisions de la sphère publique. Comme mémoire de l’administration, elles sont aussi gérées et rassemblées à des fins de connaissance et de recherche historique. Elles mettent en relation l’usager, plus largement le citoyen, l’État sous ces différentes formes et l’administration, les archivistes et la communauté scientifique, en particulier les historiens. Comment ordonner ces usages et finalités multiples sur les archives des dictatures ? Il s’agit de comprendre les archives comme espace dans lequel s’expriment et se jouent de multiples tensions, tout particulièrement s’agissant d’archives sensibles. La tension entre droit à l’oubli et transmission des mémoires et la façon dont les États des pays du Cône sud arbitrent dans le droit et l’administration des archives cette question seront évidemment au cœur des thèmes de ce colloque. Le rôle de l’archiviste doit de ce point de vue être questionné, dans la décision de communiquer ou ne pas communiquer, deux postures en tension de la fonction archivistique. Les archives, comme traces des activités publiques sont aussi un puissant révélateur de ces conflits nés des périodes de terreur. Elles alimentent aussi le processus judiciaire dans ses divers modes d’administration, par exemple au travers des commissions de vérité et de réconciliation. Comme instruments de preuve et de justification des droits, elles sont un espace dans lequel individus, historiens, juristes, sont en quête d’une vérité, qu’elle soit historique, juridique, mémorielle. Elles se rejoignent parfois, elles ne s’accordent pas toujours.

Cette réflexion sera entreprise à partir de plusieurs sources d’archives qui, chacune, renvoient à des réalités différentes de la dictature. Ce sont ces différentes sources que nous voudrions questionner, en mettant l’accent sur les archives du Ministère des Affaires étrangères. Certains fonds relatifs à cette période seront en effet disponibles au moment où se tiendra ce colloque.

Le comité scientifique de cet événement est constitué de Marie Cornu, Pascal Even, Jérôme Fromageau, Jose Lopez Mazz, Denis Merklen, François Julien-Laferrière, Marie-Claire Lavabre, Isabelle Richefort, Yves Saint-Geours et Françoise Watel.

Consulter le pré-programme.


Source de l’image : Biblioteca del Congreso Nacional [CC BY 3.0 cl], via Wikimedia Commons


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 18/03/2016

    […] des conflits entre droit à l’oubli et droit à la vérité 12-14 octobre 2016, Paris http://dpc.hypotheses.org/994 European Holocaust Research Infrastructure Seminar: Reference Services: Best Practices and […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.