« Normer l’oubli » (colloque, Genève, 14-15 janvier 2016)

L’Institut de hautes études internationales et du développement et les Musées d’art et d’histoire de Genève s’associent pour organiser une conférence et un colloque interdisciplinaire réunissant philosophes, historiens, sociologues et juristes sur la mémoire et l’oubli. Cet évènement bénéficie du soutien de l’Institut des Sciences sociales du Politique (ISP  – UMR 7220, CNRS / École normale supérieure de Cachan / Université Paris-Ouest Nanterre La Défense).

14 janvier 2016 : conférence de Tzvetan Todorov, « La mémoire entre conservation et oubli »
18h30, Institut des hautes études internationales et du développement (IHEID), Auditorium Ivan Pictet, Genève

15 janvier 2016 : colloque « Normer l’oubli », sous la responsabilité scientifique de Vincent Négri et Isabelle Schulte-Tenckhoff
9h-18h, Musée d’art et d’histoire de Genève

Programme – Inscription

  • 9h30 – Mots de bienvenue – Jean-Yves Marin, directeur des Musées d’art et d’histoire
    Présentation du colloque – Vincent Négri & Isabelle Schulte-Tenckhoff
  • 9h45-13h00 – Trajectoires de l’oubli

Conférence introductive – Le droit (international), vestale au Temple de l’oubli ? par Eric Wyler

Les politiques judicaires du pardon et de l’oubli, François-Louis Coste

When Testimony Does not Bring Justice: The Case of Indonesian ‘Comfort Women’, Patricia Paramita Ohnmacht

Le droit à l’oubli, Fabien Marchadier

Le refus de l’oubli : patrimoines en résistance, Xavier Perrot

Clairs-obscurs : les politiques patrimoniales en Asie du Sud-Est, entre célébration et négation, Adèle Esposito

  • 14h30-17h30 – Asymétries de la mémoire et de l’oubli

Conférence introductive – Se souvenir pour oublier : la politique mémorielle du CICR, par Daniel Palmieri

Remembering to Forget: Post-Conflict Heritage and Identity Building, Dacia Viejo Rose

Memory and Forgetting in Rwanda: The Complexities of Simplifying Victimhood, Carse Ramos

Naufragés et rescapés, fantômes et statues, oubliés et oublis dans les archives des institutions humanitaires, Davide Rodogno

Ce qu’oublient les politiques de rappel du passé violent, Sandrine Lefranc

Les politiques de l’oubli, Jean-François Bayart

  • 17h30 – Conclusions
    Pierre-Marie Dupuy

 


Source de l’image en-tête : Extrait de l’édit de Nantes, Seconde version remaniée, adressée au parlement de Paris pour enregistrement (Archives nationales), J//943/2 ou AE/II/763 [Ce document a été placé sur Wikimedia Commons par les Archives Nationales dans le cadre d’un partenariat avec Wikimédia France].

En 1598, l’Édit de Nantes prescrivait « que la mémoire de toutes choses passées d’une part et d’autre, […], demeurera éteinte et assoupie… », exemple fort de construction normative de l’oubli.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.