Hommage à John Henry Merryman, père fondateur du droit de l’art

par Cléa Hance, doctorante

John Merryman

John Merryman devant une peinture de Michael S. Moore intitulée “Rivers of jewels ». Photographie de Steve Gladfelter. Avec l’aimable autorisation de l’Université de Stanford.

Cet été s’est éteint John Henry Merryman à l’âge de 95 ans, professeur émérite de droit à l’Université de Stanford, spécialiste reconnu en droit comparé, et père fondateur du domaine d’étude aujourd’hui connu sous le nom de droit de l’art.

Comme les grands virtuoses dont les efforts sont imperceptibles derrière le génie qui se dégage, le professeur Merryman était toujours extrêmement décontracté dans son exigence, mais intransigeant sur la qualité des réflexions. A la question de savoir comment il a eu la motivation de créer un cours intitulé « Law, Ethics and the Visual Art» au début des années 70, il répondait avec un naturel calme « it was in the air and I was breathing it ». Malgré le scepticisme de nombreux de ses collègues, cet enseignement a non seulement continué d’être proposé pendant plus de 40 ans, mais a aussi été le point d’origine du champ d’étude du droit de l’art aujourd’hui incontesté et dominant une part importante de l’actualité juridique. Mettant à profit son incroyable ingéniosité, il n’a cessé d’aider à organiser les différents aspects constituant cette matière, et ce jusqu’aux derniers mois de sa vie pendant lesquels il a créé et enseigné un nouveau séminaire intitulé « Stolen Art », dont le syllabus figurait «Welcome to Stolen Art […] This is an entirely new course so expect some rough edges ».

Merryman in front of 'To Russia' 1980s

John Merryman devant une peinture de Dennis Ashbaugh intitulée « To Russia With Hate ». Photographe inconnu. Avec l’aimable autorisation de l’Université de Stanford.

Conteur et écrivain hors pair, il captivait son auditoire et ses lecteurs, en saisissant les éléments les plus croustillants des grandes histoires juridiques, mêlant ainsi plaisir et sérieux. Ses enseignements étaient toujours un moment de relâche tant pour les étudiants de droit que de beaucoup d’autres horizons, tout en étant sûrement l’endroit où il était possible d’en apprendre et comprendre le plus sur des enjeux juridiques, ou autres, très complexes. Il a apporté à l’université de Stanford, et au monde juridique en général, une grâce qui faisait défaut. La grâce de savoir suivre ses passions et ses instincts au-delà des idées reçues et des formalismes pour faire évoluer l’état de la connaissance. Par delà son exceptionnelle carrière, John Henry Merryman se démarquait en tant qu’individu ; franc, drôle, bienveillant et particulièrement perceptif. Très grand musicien et amateur d’art, il a transformé l’université de Stanford, notamment par l’acquisition de nombreuses œuvres qui embellissent cet espace. Sa présence se faisait toujours savoir par la mélodie de piano qui s’échappait de sa porte entrouverte ; sa disparition laisse un grand silence dans la communauté du droit de l’art et de l’histoire de l’art. À nous de continuer à explorer et développer les questions de droit et d’art avec la passion et l’exigence que le professeur Merryman a su nous laisser en héritage.

Bibliographie indicative (par ordre chronologique)

 Droit comparé

Merryman, John Henry, The Civil Law Tradition: An Introduction to the Legal Systems of Europe and Latin America, Ca., Stanford University Press [1969], 3ème ed. en collaboration avec Rogelio Perez-Perdomo 2007.

Merryman, John Henry, The Loneliness of the Comparative Lawyer and Other Essays in Foreign and Comparative Law, NY, Kluwer Law International (1999).

Merryman, John Henry, David S. Clark, John Owen Haley, Comparative Law: Historical Development of The Civil Law Tradition in Europe, Latin America, and East Asia, Ohio, LexisNexis (2010).

Droit de l’art

Merryman, John Henry, Stephen K. Urice and Albert E. Elsen, Law, Ethics and the Visual Arts, 5ème éd., NY, Kluwer Law International (2007) [1979].

Merryman, John Henry, Thinking About The Elgin Marbles, Critical Essays on Cultural Property, Art and Law, 2ème ed., NY, Wolters Kluwer Law & Business (2009) [1983].

Co-créateur de l’ International Journal of Cultural Property, Cambridge University Press.

Pour plus d’information sur sa vie et carrière, suivre ces liens :

https://law.stanford.edu/press/john-henry-merryman-art-law-pioneer-and-much-loved-colleague/

http://www.sfgate.com/art/article/Obituary-John-Henry-Merryman-law-professor-and-6453580.php


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search