“Le théâtre, service public. La technique juridique, la politique culturelle et le juge administratif au XXe siècle” (exposition, 26 novembre, Conseil d’État)

« Le TNP est au premier chef un service public. Tout comme le gaz, l’eau, l’électricité ». Lorsqu’en 1953, le fondateur du Festival d’Avignon et directeur du Théâtre national populaire (TNP), Jean Vilar, écrit ces mots, il joue sur une ambiguïté. Le « service public » dont il parle à propos du théâtre est, « tout comme [pour] le gaz, l’eau, l’électricité », un combat politique et, en même temps, une technique juridique.

Le « service public » de Vilar est un combat politique, d’abord : le combat pour l’accès de tous à la culture et pour « éviter que le théâtre ne vive que de compromissions et de bassesses ». Le combat, aussi, pour que, jamais, le théâtre ne « donne des jeux au peuple afin d’éviter d’avoir à lui donner trop de pain ».

Mais le « service public » dont parle Vilar n’est pas que cela. Il est aussi une technique du droit administratif, grâce à laquelle sont organisées les relations entre la puissance publique et le théâtre, et qui détermine le juge compétent pour trancher les contentieux qui surgissent. Or, il est faux de penser que ces deux régimes de sens puissent être séparés. Le combat politique et la technique juridique charriés par la notion de « service public » dialoguent en permanence ensemble en matière théâtrale : l’un se réfracte dans l’autre, et les deux se déplacent.

L’objectif de cette exposition est, précisément, de revenir sur les termes de ce dialogue, à partir de quelques-unes des grandes affaires concernant le service public du théâtre qui, au cours du siècle passé, ont été portées devant le juge administratif suprême, le Conseil d’État.

C’est, en effet, dans cette basse mécanique faite de cahiers des charges, d’actions en responsabilité, de concessions, de pouvoirs de nomination et de révocation que l’on observe les rouages du « théâtre de service public » au XXe siècle en France, et la répartition des rôles entre la puissance publique et les artistes – entre « le pouvoir et la culture » (Vilar, 1970) – qui sous-tend ces rouages.

Noé Wagener

Affaires présentées :

  • L’affaire Dessauer (Cass. Civ., 12 juin 1901, Dessauer) ;
  • L’affaire Astruc (CE, 7 avril 1916, req. n°49011, Astruc et Société du théâtre des Champs-Élysées) ;
  • L’affaire Gheusi (CE, 27 juillet 1923, req. n°66309, Sieur Gheusi) ;
  • L’affaire Bouzat (CE, 15 juillet 1936, req. n°51488, Sieur Bouzat) ;
  • L’affaire Léoni (CE, Sect., 21 janvier 1944, req. n°62836 et n°59847, Sieur Léoni) ;
  • L’affaire Comédie de Bourges (CE, 16 avril 1975, req. n°96289, Association La Comédie de Bourges)

 

Une exposition de l’Institut des sciences sociales du politique (ENS Paris-Saclay, CNRS, Université Paris-Nanterre)

En partenariat avec le Comité d’histoire du ministère de la Culture, présidé par Madame Maryvonne de Saint Pulgent, et le Comité d’histoire du Conseil d’État et de la juridiction administrative, présidé par Madame Martine de Boisdeffre

Recherche en archives et écriture des textes : Noé Wagener (Université Paris-Est Créteil), Nicolas Thiébaut (CNRS) et Laure Marcus (Conseil d’État)

Graphisme : Marie Trape (CNRS)

Avec l’aide d’Agathe de Legge (Comité d’histoire du ministère de la Culture) et de Claire Sibille de Grimoüard (Conseil d’État)

Remerciements : Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Archives nationales, Archives municipales de Poitiers

 

[Illustration : « Jane Margyl, dans l’opéra comique Phryné », Atelier Nadar, 1896 (Ministère de la Culture / Médiathèque de l’architecture et du patrimoine)]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search