“Nommer/Normer. Approches pluridisciplinaires du PCI” (colloque, 25-26 novembre)

Ce colloque se situe dans le prolongement des travaux sur le droit comparé du patrimoine culturel immatériel (PCI) réalisés dans le cadre du programme OSMOSE, conduit par l’Institut des Sciences sociales du politique (ISP), en lien avec le ministère de la Culture, et s’intéresse au rapport qu’entretiennent, chacune et en concours, les différentes disciplines qui travaillent sur le PCI à la question de la normativité.

Il s’agit d’explorer la façon dont tel ou tel élément est nommé PCI, en particulier au travers des notions clés de sa définition : la communauté, la participation, les conditions de transmission et de renouvellement, et en quoi cet exercice de désignation contribue à dégager des formes de normativité sur ce que devrait être le PCI, sur les conditions auxquelles il accède à cette catégorie. Plusieurs définitions recueillies auprès de juristes montrent que la notion de normativité peut être entendue dans plusieurs sens. Elle est une « propriété de ce qui peut orienter les comportements » (Benoît FRYDMAN). La normativité selon Gilles Martin « se rattache à ce qui prescrit des comportements, en affirmant des valeurs de natures diverses », à « la capacité d’un énoncé à orienter les conduites humaines » (Benjamin LAVERGNE) ou encore « ce qui est susceptible de servir de norme au sens de guide, de direction, de repère… » (Mustapha MEKKI). C’est dans cette acception plus large que sera prise la notion de normativité, dans l’idée qu’elle peut autant se déduire des textes que se dégager des pratiques, ici envisagée au travers de l’activité de nommer et de normer le PCI, les deux étant envisagés dans un rapport dialectique.

L’idée est ici plus particulièrement de questionner le rôle du chercheur, plus généralement des champs scientifiques qui aujourd’hui travaillent sur le PCI, d’une certaine façon travaillent le PCI, et cela dès l’origine, si l’on considère les travaux scientifiques autour du vocabulaire du PCI qui ont accompagné la genèse même du texte de la Convention, avec la préparation d’un Glossaire du patrimoine culturel immatériel lors d’une réunion internationale d’experts à l’UNESCO les 10-12 juin 2002[1]. La perspective est aussi de questionner les principes et méthodes de l’interdisciplinarité. L’ensemble des interventions prend en charge cette question du dialogue, des interactions et éventuellement des conflictualités entre disciplines dans les façons de traiter le PCI comme nouvelle catégorie patrimoniale et comme objet de recherche, dans les modes de désignation et de délimitation de ce qui fait sens.

Le titre « Nommer / normer : approches interdisciplinaires » de la recherche sur le patrimoine culturel immatériel fait écho à l’article d’Olivier Jouanjan : « Nommer, normer » [Olivier JOUANJAN et Frederich MÜLLER, Avant Dire Droit. Le texte, la norme et le travail du droit, Québec, Les Presses de l’Université Laval (coll. « Dikè »), 2007], dans lequel les auteurs développent l’idée qu’un terme ne vient pas avec un sens définitif dans un texte juridique et que c’est l’opération de concrétisation du droit qui lui donne sens. Ils évoquent ici le travail du juge, mais cette phase de concrétisation peut tout aussi bien être appréhendée au prisme des instances qui décident de la qualification du PCI.

Dans la Convention de 2003, un certain nombre des critères d’identification du PCI, très clairement, ne viennent pas avec un sens prédéfini (par exemple, la communauté ou la participation). L’enjeu ici n’est pas d’étudier le droit du PCI et son évolution dans la mise en œuvre des textes mais bien de se concentrer sur les apports des chercheurs et des différentes disciplines dans cet exercice de nomination/normativité.

Partant de là, trois grandes thématiques seront développées :

  1. Quel rôle des chercheurs dans la construction des catégories présentes dans la Convention: le dialogue entre le registre normatif et le registre scientifique ;
  2. Sur quels modes pouvoirs publics, chercheurs et communautés dialoguent ;
  3. En quoi et comment l’objet PCI influence le cours des recherches (modifient le regard des chercheurs sur leur objet et plus généralement sur leur façon de travailler sur le patrimoine).

Comité scientifique : Chiara BORTOLOTTO (EHESS), Séverine CACHAT (Centre français du PCI-Maison des Cultures du Monde), Isabelle CHAVE (ministère de la Culture), Francesca COMINELLI (Université Paris I-IREST), Marie CORNU (Institut des sciences sociales du politique), Jérôme FROMAGEAU (Commission nationale française pour l’Unesco), Cléa HANCE (Institut des sciences sociales du politique), Patricia HEINIGER-CASTERET (Université de Pau et des Pays de l’Adour-Laboratoire ITEM), Lily MARTINET (Institut Max-Planck), Thomas MOUZARD (ministère de la Culture), Marta SEVERO (Université Paris-Nanterre), Anita VAIVADE (Académie de la culture de Lettonie) et Noé WAGENER (Université de Rouen).

[1] Sous la dir. scientifique de Wim Van Zanten, La Haye, Université de Leiden, Commission nationale néerlandaise pour l’Unesco, août 2002. En ligne : https://ich.unesco.org/doc/src/00265.pdf.

 

Jeudi 25 et vendredi 26 novembre 2021

INHA-INP (auditorium Colbert), 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Inscription gratuite mais obligatoire


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search