« Le sacré dans le patrimoine » (journée d’étude, Paris, 4 février 2019)

Cette journée d’études est le fruit d’une rencontre inédite entre des étudiants en droit du patrimoine et droit de l’art – doctorants à l’Insitut des sciences sociales du politique – et des élèves conservateurs de l’Institut national du patrimoine, issus de toutes les spécialités.

Programme

Sacré et patrimoine façonnent deux expériences de l’interdit, qui ressortissent aussi bien à des normes juridiques qu’à un ensemble de principes intériorisés : défense de voir, de toucher, de circuler librement… L’ensemble de ces règles sont productrices de sens et de valeur spécifiques pour les objets et les usages dont ils s’emparent. Ces deux espaces semblent s’ignorer, le patrimoine procédant d’une définition juridique objective, si ce n’est d’une construction sociale objectivée, tandis que le sacré naît d’un ensemble de croyances subjectives. La particularité de cette journée d’étude est de questionner cette distinction. Les interactions entre patrimoine et sacré, leurs convergences comme leurs écarts, créent un faisceau de dynamiques complexes, entre complémentarité, recouvrement et contradiction. Pour analyser ces dynamiques, deux axes seront abordés : comment les pratiques patrimoniales se saisissent-elles du sacré et, en regard, comment le sacré s’incarne-t-il dans des usages du patrimoine ?

Les pratiques patrimoniales face au sacré

Ces interactions, qu’il s’agisse d’exposer, de restaurer, de fouiller ou même de vendre le sacré, peuvent produire un chevauchement de statuts qui n’est pas sans susciter des questionnements et des difficultés, du point de vue du droit comme de la conservation. Administrer le sacré en patrimoine devient alors un enjeu de cohabitation ou d’aménagement entre ces deux espaces, leurs usages et règles respectifs. Quelles transactions sont alors possibles, sinon souhaitables, voire impératives, entre le culturel et le cultuel ?

Les usages sacrés du patrimoine

La réciproque est autrement délicate, quand le sacré fait irruption dans l’espace patrimonial. L’accueil du sacré des individus dans l’espace patrimonial se révèle autant multiforme que plurivoque, tantôt niant tantôt renforçant la patrimonialité des objets et des usages.

La plus étonnante peut-être de ces interactions est aussi la plus intestine, lorsque la patrimonialisation est elle-même créatrice de sacré. Si le rôle de la vitrine de musée, qui isole et protège l’œuvre, est bien connu, qu’en est-il des pratiques professionnelles qui organisent la fétichisation des biens culturels, jusque dans des espaces de conservation fermés au public ? Les institutions patrimoniales, en créant ces néo-reliques, ne renouvellent-elles pas – n’excèdent-elles pas – alors leur fonction, notamment au regard du droit et de la fonction qui leur a été assignée ?

Comité scientifique : Lorena Audouard, Ronan Bretel, Laure Coupillaud, Kevin Daligault, Xavier de Saint Chamas, Sophie Dutheillet de Lamothe, Alice Fabris, Alexandre Girard-Muscagorry, Cléa Hance, Amélie Hurel, Mathilde Labatut, Inès Lamouri, Amandine Lizot, Maud Marron, Delphine Miroudot, Juliette Patron, Anna Pirri, Apolline Sans, Honoré Tchatchouang, Pierre Triomphe, Joëlle Vaissiere ; avec le concours de Vincent Négri

Informations pratiques

Accès
Institut national du patrimoine (auditorium Colbert)
6, rue des Petits‐Champs ou 2, rue Vivienne ‐ 75002 Paris
Métro : Bourse (ligne 3) / Palais Royal (lignes 1 et 7) / Pyramides (lignes 7 et 14)
Bus : 21, 27, 29, 39, 48, 67, 95
Contact
manifestations.scientifiques@inp.fr
Tél. : 01 44 41 16 41
Site Internet : www.inp.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.