« Du paysage culturel au paysage urbain historique : quand les territoires deviennent patrimoine » (séminaire, Paris, 15 déc. 2016)

Le jeudi 15 décembre 2016, l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville accueillera un séminaire de recherche coorganisé par AUSser et l’Institut des sciences sociales du politique , intitulé « Du paysage culturel au paysage urbain historique, quand les territoires deviennent patrimoine ».

Présentation

Qu’advient-il lorsque le patrimoine abandonne l’accent sur les monuments et la ville historique pour embrasser les espaces ordinaires fabriqués par et pour la vie quotidienne des citoyens ? L’objectif de ce séminaire de recherche est d’examiner les processus qui projettent l’extension de la notion de patrimoine aux territoires, et d’interroger ses conséquences dans la définition de la valeur, la gouvernance urbaine, et l’aménagement des territoires. Ces processus sont jalonnés par l’introduction des notions de ‘paysage culturel’ et ‘paysage urbain historique’ dans la doctrine internationale du patrimoine. Elles sont le résultat d’un long processus de maturation : la première renvoie à une réflexion sur la relation entre les hommes et leur milieu de vie menée en géographie humaine à partir des années 1920 ; la deuxième s’enracine dans la notion de patrimoine urbain et, plus particulièrement, dans la Recommandation de l’UNESCO concernant la sauvegarde et le rôle contemporain des ensembles historiques (1976). L’une et l’autre renvoient à la question du lien entre le politique et l’environnement. Disséminées à l’échelle mondiale par les lignes directrices pour la mise en œuvre de la Convention UNESCO du patrimoine mondial (depuis 1992) et par une Recommandation (2011) de l’UNESCO, ces deux notions rendent compte d’un élargissement progressif du patrimoine vers les ‘héritages ordinaires’, constitués de tissus humains et sociaux et de territoires habités. Elles invitent à inclure des espaces qui étaient auparavant marginaux dans le domaine patrimonial : abords de monuments, friches urbaines, quartiers périphériques, et régions urbanisées sont dès lors susceptibles de faire l’objet d’un changement de regard de la part des acteurs publics.
Cet élargissement implique le transfert d’un pouvoir croissant aux habitants dans les affaires patrimoniales : ce sont les habitants qui, reformulant leur relation à l’environnement, pratiquent ces espaces au quotidien et qui leur donnent sens par leurs mémoires et leurs usages. Les habitants détiennent ainsi les clés de l’interprétation de la valeur de ces espaces et se voient reconnaître une légitimité et une autorité politique adossée à la participation citoyenne. Cette conception de la relation des populations au patrimoine induit des bouleversements en termes de gouvernance, de planification et d’aménagement de l’espace, qui rejoignent les aspirations exprimées dans la formulation des notions de ville inclusive et ville participative. Elle exigerait une nouvelle éthique et des nouveaux
processus normatifs pour la conservation urbaine et le développement territorial. Elle est également susceptible de contribuer à un changement de l’idée-même de la ville : dès lors que la réflexion patrimoniale déborde les limites de la ville historique pour englober des territoires auparavant perçus comme marginaux (et délaissés par les politiques publiques de protection d’un patrimoine en résonance avec une mémoire nationale), le rapport entre centre et périphérie, monumental et ordinaire, sont remis en question.
Si elles ont été alimentées par une réflexion fondée sur des doctrines européennes du patrimoine, les notions de paysage culturel et de paysage urbain historique tendent à exprimer une ambition, celle de fournir un nouveau cadre pour l’appréhension des territoires habités et urbanisés, à l’échelle mondiale. Ce séminaire de recherche vise à explorer la diffusion de ces notions à travers le monde par la production discursive de l’UNESCO et la circulation internationale de l’expertise, et à développer des perspectives croisées sur les interprétations et sur la mise en oeuvre de cette notion dans plusieurs pays européens et non-européens. De l’Europe au reste du monde, ce séminaire de recherche retrace le chemin d’une entreprise de dissémination doctrinale et les impacts de ces nouveaux avatars de la patrimonialisation sur la connaissance, la conception et l’économie des territoires habités.
Adèle Esposito (AUSser) & Vincent Négri (ISP)

INFORMATIONS

Organisateurs : UMR AUSser / ISP

Lieu : ENSA Paris-Belleville, salle des enseignants, 60 boulevard de la Villette, 75019 Paris

Date : 15 décembre 2016

Inscription : L’inscription au séminaire est fortement encouragée. Merci d’envoyer un e-mail à : adele.esposito@cnrs.fr

PROGRAMME

9h30 – Accueil et présentation du séminaire / Nathalie Lancret  & Vincent Négri

Session 1  [10h-12h30] – Du paysage au patrimoine : le paysage culturel / Modération :  Jérôme Fromageau

. Le paysage comme bien commun (Anne Sgard)

. Les sources archéologiques du paysage (Thierry Odiot)

. Les figures du paysage culturel en Asie du Sud-Est (Adèle Esposito)

. Le paysage culturel en contexte néolibéral (Agung Wardana)

Session 2  [14h-16h30] – Quand les territoires deviennent patrimoine / Modération : Charles Goldblum

. Du territoire de la ville au paysage urbain (Vincent Veschambres)

. Dynamiques citoyennes de la construction du patrimoine (Anne Hertzog)

. Identités patrimoniales des territoires (Philippe Vergain)

. Inventorier le patrimoine ou le paysage ? (Julie Guiyot-Corteville & Philippe Ayraut)

Intervenant(e)s :

Philippe Ayraut, Photographe au service Patrimoines et Inventaire, Région Île-de-France

Marie Cornu, Directrice de recherche CNRS à l’ISP (UMR 7220, ENS Cachan, Université Paris Ouest Nanterre)

Adèle Esposito, Chargée de recherche CNRS, UMR AUSser

Jérôme Fromageau, Chercheur associé à l’ISP, Président de la Société internationale pour la recherche sur le droit du patrimoine culturel et le droit de l’art

Charles Goldblum, Professeur émérite, chercheur associé à l’UMR AUSser

Julie Guiyot-Corteville, Chef du service Patrimoines et Inventaire, Région Île-de-France

Anne Hertzog, Maître de Conférences, Sciences de l’homme et de la société, Université de Cergy-Pontoise

Nathalie Lancret, Directrice de de recherche CNRS, UMR AUSser

Vincent Négri, Chercheur CNRS à l’ISP (UMR 7220, ENS Cachan, Université Paris Ouest Nanterre)

Thierry Odiot, Archéologue, ministère de la culture, DRAC Languedoc-Roussillon Midi Pyrénées

Anne Sgard, Professeur de géographie à l’université de Grenoble

Vincent Veschambres, Directeur du Rize, Ville de Villeurbanne, UMR EVS

Philippe Vergain, Chef du service Inventaire du patrimoine, Région Rhône-Alpes Auvergne

Agung Wardana, Doctorant, Murdoch University, Asia Research Centre


Source de l’image d’en-tête : Les toits de la ville de pierre de Zanzibar, 1983-1984, par Sherwood (via Flickr)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search