“La mise en préhistoire de la vallée de la Somme, XIXe-XXe siècles” (colloque, Amiens, 30 mai 2016)

Le XXVIIIe Congrès préhistorique de France se tient à Amiens du 30 mai au 4 juin 2016 et porte sur “Préhistoire de l’Europe du Nord-Ouest : mobilités, climats et entités culturelles”. La session introductive de ce congrès, coordonnée par Noël Coye et Arnaud Hurel,  est consacrée à l’historiographie, et plus précisément à “La mise en préhistoire de la vallée de la Somme (XIXe-XXe siècles)”. A cette occasion, Noé Wagener présentera les résultats d’une recherche consacrée à l’histoire des modes juridiques de protection des sites préhistoriques de la Somme.

2016-05-26 20_49_30-Congrès préhistorique de France - Sciencesconf.org

Lire les préactes du congrès

Texte de présentation des organisateurs de la session :

La session introductive du XXVIIIe Congrès préhistorique de France est consacrée à La mise en préhistoire de la vallée de la Somme (XIXe-XXe siècles)”. Elle propose de jeter un regard rétrospectif et historique  sur les recherches conduites depuis le milieu du XIXe siècle dans la vallée de la Somme dans le contexte du mouvement scientifique international qui voit la formation et le développement de l’archéologie préhistorique. Il est ainsi possible de mettre en avant quelques moments forts qui scandent la transformation d’un espace régional cohérent en un modèle national et l’érigent durablement en référence internationale.

À la suite des débats fondateurs qui culminent en 1859 avec la fondation intellectuelle de la préhistoire, les recherches qui se poursuivent dans la vallée de la Somme pérennisent l’importance géologique et archéologique de cette région. Au début du siècle suivant, alors que les pratiques de la préhistoire – française notamment – connaissent d’importantes modifications, une tradition de recherche se développe à partir des sites de référence de la Somme, mais également à partir d’un ensemble de travaux mobilisant des données anciennes provenant de sites qui ne sont désormais plus accessibles.Cette tradition de recherche, incarnée dans les travaux de Geoffroy d’Ault du Mesnil, Victor Commont ou encore Henri Breuil, est poursuivie par ceux que François Bordes consacre au Quaternaire des bassins de la Seine et de la Somme. Elle oriente ainsi profondément la formation de ce chercheur et participe largement à poser les bases d’une démarche qui se développera par la suite dans le Sud-Ouest et dans les travaux de l’École de Bordeaux.Mais la vallée de la Somme n’a pas été seulement un terrain privilégié de la recherche géologique et archéologique. Elle a également constitué un laboratoire à ciel ouvert pour développer des moyens de protection des sites préhistoriques, dans un mouvement qui a affirmé à la fois leur valeur scientifique et leur caractère hautement patrimonial.

Quatre thèmes permettront d’illustrer les thématiques de recherche et les problématiques de conservation qui, au cours des XIXe et XXe siècles, ont conduit à imposer la vallée de la Somme comme une région de référence de la préhistoire mondiale :

  • La vallée de la Somme et les origines de la préhistoire : Saint-Acheul (1859), Moulin Quignon (1863) enjeux et actualité scientifiques, Arnaud HUREL (UMR 7194 – Département de Préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle)
  • Recherches préhistoriques dans la vallée de la Somme à Abbeville de 1875 à 1939, ou la mise en place d’une approche chronostratigraphique des peuplements paléolithiques, Jean-Jacques BAHAIN (UMR 7194 CNRS-MNHN-UPVD, Département de Préhistoire du Muséum national d’Histoire Naturelle) et Pierre ANTOINE (Laboratoire de Géographie Physique: Environnements quaternaires et actuels. UMR 8591)
  • De la Somme à l’Aquitaine : les fondements géologiques de la préhistoire selon François Bordes, Noël COYE (UMR 5608 – TRACES, Université de Toulouse Jean-Jaurès, Ministère de la Culture et de la Communication)
  • Étudier et protéger les sites préhistoriques de la Somme, des initiatives individuelles à une politique publique de patrimonialisation, Noé WAGENER (EA 7382 – MIL, Université Paris-Est Créteil)

Date de la session : 30 mai 2016

Horaires de la session : 15h-17h30

Lieu de la session : Espace Dewailly (Ouverture du Congrès, Sessions 4 et 5)  3 Place Louis Dewailly, 80000 Amiens

Plus d’informations : http://cpf2016.sciencesconf.org


Présentation de la communication de Noé Wagener : Étudier et protéger les sites préhistoriques de la Somme, des initiatives individuelles à une politique publique de patrimonialisation

Cette communication, abordée du point de vue du juriste, s’inscrit dans une recherche sur les manières  dont  les  acteurs  du  patrimoine  conçoivent les  grandes  notions  juridiques  et mobilisent les outils du droit à l’effet de protection du patrimoine. L’hypothèse générale est la suivante : ces usages du droit ne sont pas simplement instrumentaux, mais déterminent, bien  au  contraire,  les  manières  mêmes  de  penser les  grands problèmes patrimoniaux. Autrement dit, patrimonialisation et droit sont inséparablement liés, et c’est la nature exacte de ce lien, qu’on ne saurait réduire à une simple relation de cause à effet, qu’il importe d’interroger.

Pour  vérifier  une  telle  hypothèse,  il  n’est  guère  d’autre  choix  que  de  développer  une approche empirique des cas, et c’est dans ce cadre que nous nous intéresserons, au travers de cette communication, aux façons dont ont progressivement été conçus l’idée et les modalités de  la  protection  des  sites  de  la  vallée  de  la  Somme ou, plus précisément, de leur patrimonialisation. Ainsi, à partir de trois cas emblématiques, Victor Commont aux alentours de la Première Guerre mondiale, l’abbé Breuil entre les deux guerres, Léon Aufrère dans les années  1950/1960,  nous  chercherons  à  identifier  des « manières de s’imaginer » des protections : quelles marges de manœuvre se reconnaissent ces trois acteurs majeurs ? Et comment,  chacun  dans  son  contexte  historique  et  avec  ses  préoccupations  propres,  se représentent-ils le droit et, au travers de celui-ci, les rôles respectifs de l’initiative privée et de l’action publique – et, plus particulièrement, de la puissance publique ?



Citer ce billet
Droit, patrimoine & culture (2016, 26 mai). “La mise en préhistoire de la vallée de la Somme, XIXe-XXe siècles” (colloque, Amiens, 30 mai 2016). Droit, patrimoine et culture. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nw65

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search