« Les bibliothèques départementales : approche juridique et politique » (atelier, Cergy, 30 janv. 2017)

Le 30 janvier 2017, l’Association des directeurs de bibliothèques départementales de prêt (ADBDP) organise, au Conseil départemental du Val-dOise, un atelier intitulé « Les bibliothèques départementales : approche juridique et politique« , en collaboration avec l’Institut des sciences sociales du politique (ISP), et avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication.

Cet atelier s’inscrit, du côté de l’Institut des sciences sociales du politique, dans le cadre des recherches Biblidroit sur le droit des bibliothèques, conduites sous la responsabilité scientifique de Marie Cornu. L’atelier sera d’ailleurs précédé d’une conférence introductive de Noé Wagener, intitulée « Les BDP, leur décentralisation, histoire d’une opération juridique », qui permettra de présenter plusieurs des résultats de recherche d’ores et déjà atteints dans le cadre de Biblidroit.

Inscriptions auprès de Corinne Sonnier, secrétaire-adjointe de l’ADBDP, dans la limite des possibilités d’accueil : corinne.sonnier@landes.fr

Plus d’informations et programme de l’atelier disponible sur le site de l’ADBDP.

Depuis leur décentralisation en 1986, les conditions dans lesquelles les BDP exercent leurs compétences et leurs missions n’ont été ni adaptées, ni précisées. Pourtant les réseaux de lecture se sont considérablement développés, les bibliothèques ont intégré d’autres supports, physiques ou numériques, elles deviennent des lieux de vie, des espaces mutualisés.

Nombre de bibliothèques intercommunales vont prochainement voir leurs missions réinterrogées par leur tutelle administrative dans le contexte de fusion des communautés de communes.

Les BDP se sont adaptées à ce contexte en permanente évolution mais leur fondement juridique est resté inchangé.

Ce fondement reste-t-il opportun actuellement ? Se doit-il d’être précisé ? A contrario, l’hétérogénéité des BDP, dont l’impact sur le développement de lecture publique ne peut être nié, leur capacité à adapter leurs actions aux enjeux territoriaux, ne sont-elles pas une conséquence du caractère général des textes réglementaires, qui laissent aux départements l’initiative de développer des politiques adaptées ?

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *